Qui êtes-vous ?

Ma photo
artist-architect en cours de constitution d'un laboratoire d'architecture ...

mardi 19 mai 2009

Des actes aussi dénués de sens que ceux du gouvernenement

Le commentaire sur la FNSEA est assez explicite et rejoint le blindage syndicaliste traditionnel: une défense en seigneurie, sans prise en compte des contextes globaux, ni des transformations sociétales: les syndicats se font aussi vieux que la démocratie représentative montre enfin son jeu pervers réservé d'abord à un contrôle par les oligarches. Les gestes suicidaires de jeter à l'égout son lait... pour que son prix remonte est aussi clair que des lancés de lacrymo par les CRS: même combat. On en revient encore à cette dualité de pouvoir(type duopole UMPS...) qui ne profite qu'aux détenteurs des décisions: nos pseudo-élus ... (y compris syndicalistes) ... La nasse est aux mains d'un tout petit nombre de décideurs réels, et sans crier au complot, il est évident que les agriculteurs ne prenent plus le temps de retrouver le contact avec leurs clients finaux: qu'ils vendent à 50 centimes, en direct au conso'M, ils en tireront 30 centimes ... tandis que le conso'M lui, récupère bien près d'un euro d'économie par litre de lait, en grande surface !!!
Le globalocal a du chemin devant lui, et de retrouver le sens de la besogne agricole profiterait à tous !
Il va falloir sérieusement nous réveiller pour visiter nos "usines-abattoirs" de production pour comprendre la réalité du massacre: le profit est devenu la valeur clé du travail, le bien et la dignité n'y ont plus cours, la réalité est désormais bien plus infernale que même des gestes désespérés ne peuvent montrer son ampleur.
Nous sommes nourris de produits gonflés au vide, pour assurer un prix de vente au kilo qui dépasse tout fondement hormis celui de justifier un équilibre "hopital_camp" d'élevages et "réparations" des torts dûs aux pesticides et à la disparition d'un équilibre naturel (ex: chouette anti-rongeurs...). Nous devons nous préoccuper de ces hommes et femmes parfois de tradition, parfois de simple formation qui nous nourrissent parce qu'ils ont droit à notre grand merci, mais aussi celui de nous écouter et de ne plus suivre les "directives" au petit bonheur statistique" de technocrates gérant de flux à une échelle qui nous dépasse tous. Il faudra bien un jour retrouver ce dialogue oublié. ce qui est produit localement, doit nourrir ... localement, lorsque la production est "trop" importante, et qu'un surplus apparait, cette expédition doit compenser une autre production locale qui ne peut suffire (ex de la région parisienne)... le local c'est un périmètre de quelques heures entre traire les vaches, la mise en bouteille locale et la vente en directe, aussi proche que possible de la position géographique d'un supermarché:
Agriculteurs, boycottez les hyper !
Vous devez créer vos propres succursales de vente, et vous rendre compte d'une proximité que vous ne maitrisez plus !
--> Mutualisez, proposez et montrez votre "déchéance", les conso'M seront près à vous racheter. (les conso'M ce sont des gens dont on a dit qu'ils vivaient des produits des autres, ils nous ressemblent et sont censés créer un équilibre "offre/demande" fictif mais bien théorisé (avec quelques démanties heureusement)).
Quant aux syndicats, il est temps qu'ils ouvrent leurs plans réels pour l'avenir de ceux qu'ils représentent ! le but n'est certainement pas de maintenir des conditions du marché qui n'existeraient plus, ni moins de préserver des emplois qui ne créent que de la misère maintenue; non plus de s'acoquiner avec des patrons "soucieux" de maintenir un niveau de profit suffisant à ré-investir pour créer de nouvelles chaines de production vouées à leurs disparition... après la dernière bave de ceux qui y crèvent. L'honnêteté syndicale doit valoir celle de nos élus ...hhhuuummmm estimation à 70% pour leur propre cul !
La vie ce n'est pas de travailler pour vivre en misérable qui ne sait de quoi sera fait demain, mais bien de vivre pour créer et partager du peu de ce que chacun-E "produit" pour les autres: (je sais les mots sont parfois lourdingues...): nos misères quotidiennes nous enrichissent mutuellement, et c'est tout ce que nous pouvons pour le moment en tirer. Demain sera fait de nos pensées et avis individuels (non pas égoïstes), le tout dans une Ethique consensuelle. La transition est bien en marche, tant mieux, la phase suivante est plus pépère: une temporisation, suivie d'expérimentations et surtout d'une vraie remise en question de l'ensemble des acteurs théoriques qui forment la chaine de notre société.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Et bien sûr si quelque pensée venait à s'écrire ... commentez ici, oooh merci !