Qui êtes-vous ?

Ma photo
artist-architect en cours de constitution d'un laboratoire d'architecture ...

mardi 13 octobre 2009

Une Mouvance, d'autres expriment la rage ! .. une vision des violences de la rue

d'une valeur de l'insurrection, de la révolution ?
suivre aujourd'hui particulièrement quelques uns .. mais ici la voix d'une rappeuse me parait bien plus forte: Keny Arkana: suivre ainsi le parcours de 2007 : l'appel des ans voix, le résumé en videos ...
Dailymotion, utilisé en playlist de la MoDiE: .
Une Demoiselle aux sens aigüs, attisés par les violences rencontrées.
en quelques mots trouvés ci et là, un message sur son site:
Pas vue, pas entendue, sauf aujourd'hui. Révélation !
Muse des eaux, étincelle des espoirs, accrocs des linges uniformes, Demoiselle en scène tu éclaires la puissance d'une vie !
En condition d'une Evolution de nos mondes parallèles, la vision d'une guerre civile est l'espoir de vaincre une machine d'asservissements.
Comme j'aimerais que tu illustres les joies réelles, instants légers, plutot que d'écraser la réflexion d'une cinématique des révolutions. Le "mal" n'est pas toujours ce qui fait mal, c'est aussi l'absurde conduite des "élus castés", des "puissants"...etc
Le monde réel est aussi fait de joies que partagent les plus démunis; combattre un système est un absolu qui n'a de force que devant l'ampleur du désastre et la conscience partagée... Combattre en un sens: vivre d'abord, agir peut-être en un concert de désespoirs.
Combattre, avant...
Luttes démonstratives, appeurer les tenants du droit, atendre comme réponse la répression suffisament sanglante pour dire "c'est un défi à l'ordre et un crime...!" et puis... les choses continuent, les méfaits se préservent, les clans se considèrent et dans les rues noires alimentent ceux qui n'ont plus de lumière.
Le silence est assourdissant lorsque le passant l'entend maintenant, lorsqu'il est lui aussi dans le noir d'un système qu'il comprend l'avoir englouti.
Merci, Demoiselle d'avoir cette puissance d'agir.
Le combat c'est d'être tou-te-s d'accord sur le fait que le monde est dans une voie d'évolution jamais aperçue, au-delà des haines et des peurs, combattants et combattus ne resteront que leurs statues: " ci-gissent les acteurs d'un système finissant, ci regardent, VOUS, les acteurs d'un système agissant, natures humaines, expressions de chaque être au mur de l'histoire, au paysage de ce nouvel environnement humain que VOUS avez contribué, réussis à construire ensemble. MERCI !
AkoZ _ La MoDiE ...
forum des sans voix encore actif ... à suivre
pour mémoire:

« La prochaine crise abattra le système capitaliste dans son ensemble »

en réponse à la modification du blog de Francis Pisani (transnets)

Je remets ce texte qui avait été perdu, car il n'apparaissait pas sur les commentaires finaux une semaine passée... (?) rappels d'idées ...

Avez-vous remarqué la linéarité chaotique de ce blog ?
Votre brin de pensées donne une idée, et son fil est développé par les commentaires . Mais, pas à pas … et non comme il se pourrait dans une pensée collective commune, tel par l’amélioration d’idées à travers un wiki.
Créer des super-catégories, de nouveaux tags, oui, ça renforcera le labyrinthe et la pertinence se retrouvera à force d’éplucher la case “rechercher”.
Votre crédo parait plutôt être : visualisons ensemble: une carte des idées, une critique commune… je crois férocement que chacun prose, (hhhuumm me2) mais par manque de temps
ne peut tout dire et exprimer aussi succintement dans un seul petit commentaire)
… Mais le fil encore, fait apparaitre nombre de ces idées que nous aurions développées, adoucies, rendues pertinentes.
Cela fait un certain temps que je trouve le blog léger et distrayant mais comme une fleur, une enveloppe de mots… et enfin une idée dans le paquet texte, un lien ? … L’info y est cachée, partielle, désagrégée: vous cherchez une autre solution:
–> Devenez constructeur des idées qui tournent autour de votre blog.
Il existe DES outils web 2… j’en utilise un intensément, reconsulté régulièrement, recompilé, mais qui ne donne pas encore tout son jus auprès du grand public :
—-> diigo.com (http://groups.diigo.com/group/collaboration) … google vient juste d’en faire une petite copie, pas très complête, cet outils là a 2 ans d’avance au moins…
Il s’agit de l’utiliser afin d’avoir sur chaque info pertinente une critique lisible: testez le … sous la première apparence vous verrez quelques annotations rajoutées afin de “parfaire” la critique (oh, en bref…): chaque ligne peut être collectée et annotée !

De fait, ce sont les outils (en “montrastion” sur le blog), que vous devez maintenant ajouter pour le rendre interactif et complet. Voire comme vous le soupçonnez dans la lignée d’une mouvance démocrate individuelle et non représentative (coef. La MoDie).
Un autre outils pertinent est le schéma, le “diagram” interactif qui contient des liens et une grande attractivité (pour l’auteur de l’article, en faire un résumé didactique (et oui) : http://www.spicynodes.org/why_spicynodes.html ) c’est vous M Pisani qui vous y collez, puis l’enrichissez des retours de vos lecteurs, ainsi votre blog reste votre patte, votre pensée construite et améliorée (le plomb de l’imprimerie est révolue, l’usage adapte, sauf à mettre en valeur l’erreur d’une suggestion).
1 - vous avez donc 2 outils d’éditeur/auteur: le diigo.com et le spicynode qui font corps à votre blog.
2 - pour les lecteurs, ouvrez la case commentaires ( “text only” est laborieux pour décrire, risquer des mots mal interprêtés au lieu d’une “carte” directe et lisible, ce ne sont plus les mots qui dictent , mais bien les liens et la logique de ces liaisons qui font un process plus exact de l’idée développée. J’opterais pour les outils web2 simplifiés et rapides à mettre en place: nous sommes sur un site de consultation d’”étincelles” des usages: ainsi prezi.com est tout désigné (voir : http://prezi.com/jipjiqvj6dsc/ et sur la façon de créer des groupes de réflexions: http://prezi.com/buu6jw38fq5x/ ).

3 - Mais aussi des outils de plus en plus “ingurgiteurs”/synthétiseur du travail de réflexion (et non d’émotions, ça traduit l’article en termes pertinents et les organisent, un wiki (pbworks.org…), et d’autres, type phrases logiques: voir aussi et après lecture des outils proposés par vos lecteurs: http://notaland.com/about ou bien chercher sur http://www.go2web20.net/#knowledge
.-. la LignéE semblait être : blog - wiki - elearning - site social - applications en réel .-.
Pour votre voyage partagédans la connaissance du net, merci.
En attendant, votre blog est déjà sous diigo.com: rassemblé: http://www.diigo.com/community/site/pisani.blog.lemonde.fr

jeudi 1 octobre 2009

les relations sociales .. in english

ceci pour parfaire votre culture du social et de son efficacité dans l'apprentissage.
Liaison directe entre la culture et la technologie, les 2 deviennent des outils d'expression.

It reminds me a very up to get: the CO-teaching .. which helps teachers in tech, as i'm not a teacher ! But they too, haven't got the time to be formed in the new techs...

samedi 26 septembre 2009

un fil d'arguments à suivre ... à réfuter, à comprendre ...


j'avance sur les modèles de démocratie, je pense que c'est vers la DiE-system qu'il faut aller.. je donne des logiques... à suivre ou non ... ;)
A vous dans le débat de trouver d'autres pistes ou de contredire . suivre ce lien

vendredi 11 septembre 2009

le réchauffement gateau du GIEC aux pharmaco-agro-industriels

recopie de ce texte lié au texte du site libèreTerre: en .pdf


Propaganda: & si le réchauffement c'était du flan au GIEC ? ... les institutions mondiales .. sont entre les mains d'organisations hiérarchiques, non démocratiques: le mode de fonctionnement interne des administrations ne serait pas... ...démocratique mais dictatorial ? ... des élus petit-chefs ? ... oops, c'est un autre débat sur le lien, à lire (c'est un peu long, mais fourni en références...) une critique censée.
avec le lien : http://www.facebook.com/ext/share.php?sid=279864110025&h=-8Cd3&u=xDHRI&ref=mf
--> commentaire:

Merci C F !!
Dans notre époque de transparence et de productivit... Lire la suiteé (ce qui ne fonctionne pas tend à disparaître); lire ce texte redonne encore de la clarté au système quasi mafieux qui s'est mis en place avec le système Kapitaliste, et la mondialisation (la puissance d'une multinationale semble bien être utilisée comme un fléau ! d'anti-cultures et point d'orgue, de génocide éco-politique): anéantir les moyens de subsistances locales et les populations dans le but de faire fonctionner le marché de la consommation... au lieu de laisser à chaque géographie locale (et à ses populations) la connaissance et les moyens même vernaculaires de leur autonomie et de diffusion de leur culture. En espérant que les modes de gouvernances des entreprises deviennent bien plus ouverts et partagés que le profit narcissique et égoïste... Open-source, open_democracy, ... La MoDiE est encore présente et va aviver tout ce petit monde malsain pour la majorité !
... il ne s'agit vraiment pas d'une révolution... qui laisserait en place des meneurs tout aussi arrogant; mais bien d'une Evolution des modes de fonctionnement: chaque jour, de plus en plus de gens prennent conscience des écarts de conduite des pouvoirs politiques et économiques. Au lieu de distribuer des fonds entre tous, ce sont les organisations qui en ont bénéficier: nous avons bien malgré nous ré-itéré notre confiance dans le système, bancaire notamment...
Bien sûr, sortir d'un système qui nous "nourris", de biens et de "mets" est impossible à moins de prendre le temps de cultiver, de partager et d'envisager une suite collective: je suppose encore que les quelques milliers de chômeurs/ruinés... trouveront l'occasion de se rencontrer et de développer une économie différente ... internet et les réseaux aideront... mais c'est de l'ordre de la survie, et tant qu'il y a un maintien minimal, l'injuste ne l'est pas assez encore...
dur paradoxe: agir autrement contre sa propre nourrice... la clé est dans la connaissance et une vision globale (différente d'une mondialisation !) respectueuse de tout ce qui se fait en local (les idées voyagent et "l'horrible tradition" peut se transformer par une prise de conscience); mais pour cela sur la diffusion de savoirs-faire sans idéologie, respectueux du lieu est efficace. blabla...

DiEm Ovo ou La MoDiE


jeudi 10 septembre 2009

ironies miroir, trop simplistes visions mais mordre d'abord (?)

ce texte parle d'un futur sans le capitalism et tente de faire comprendre que le monde peut changer malgré tout... s'adresse à des américains et convaincus de leur "réussite" influente. Mais que je reproche non partagée et pas si réussie... ils s'illusionnent sans cesse, mais aujourd'hui et si cet article est paru, c'est qu'il y a des avancés !
  1. Your comment is awaiting moderation.

    OOps, what a good news ! It appears there, in “your un-humble country… the one of the pioneers, the freedom of all jealousy and guns laws …” you perceive other countries as defective or un-progressist, seen under-developed… but to where ?
    How can you still think about a “marvelous USA world” ? Of course compared to the China people, you may have dev. more, but what ? Many people from your land are living from dreams… and also buying with … nothing else credits, from …. bankers, poor bankers who make money over the transactions, form your incomes too, from the advantage over anyone say have to create the credit… the stock options ? a good choice ? but the system is so perverted that only the initiated (directors,CEO,and politicians…) have the info to sell or buy, and make the little stock opt. be bad or better; none of the “workers” (employees you say exactly: that’s the same: today there are less “real” workers, but some “white collars” for services, but more for administrations of the transactions: results: more costs, more stupid jobs, just to regulate the companies… but nothing really done for the humanity, for others… just to pay for living: you said i work=you pay=i’m better tha..=pay me more= i can pay some to work for me now=i live from your work=i do nothing else signing the plans=you work not enough productively=you’re fired !=i got a robot company=no one there, i’m alone, quiet, but feel anxious, no one to talk about important things, only beers, meat, fire and steel… “enjoy hell!” as you said… :(
    oops, that’s a great day, Americans are to understand they are not a big nation, but an agglomerate from same old-religious cultural nations (dislocation of the US ? may be next when re-found freedom of real expressions)_ there, i must say Americans are to be sometimes very tolerant, yes very form the better signs to the worst …
    oops, there is a day when people are to make their efforts, also for the better of others, supporting more by donation than for money, they live humanly, not in violent films, done for “believing of fearfull world”(?).
    oops, no people around, outside USA are to welcome you too, for your fun, your naïve vision of globality, for your childish way of meeting, for your enthusiasm and happiness, for your believes and go(o)d futures: traditionalists, but progressists in rails, innovatives but alone, just for biz, not for the country, just for having more money, not for human environment.
    oops, it appears one day we’ll meet. That’s soon now, coz many signals indicate the end of the Kapitalism civilization, not any wars but to say that people embrace the DiEm Ovo (means Democrate international Ethical move’ means that egg you may cover to the birth of a paradise bird…a ALLhuman world named Earthians) or said La MoDiE (La Mouvance Démocrate internationale Ethique (in french) …
    that said, i’m a bit happier today; you’re evolving to some good thoughts !
    cheers all your day !
    ps: i know i’ve shocked some readers there, also, mind shocks are to enlightened the dark thoughts = i support USA as other countries; all have to temporize to change their point of view. So Apologizes if i’ve cut too far inside. Be blessed if you believe ;)

dimanche 6 septembre 2009

courtes précisions: les ateliers ?

Il s'agit de monter un laboratoire d'expérimentations architecturales et urbaines.. les ateliers en faisait partie. Je nomme des concepts, les esquisse, puis les continue à travers un cheminenment, celui de mes connaissances et de mes intuitions. J'espère ouvrir ce labo. très prochainement... il intégrera un atelier public ainsi que des moments d'installations et d'expositions, sur l'architecture future notamment...
tout cela répond à un paradigme:
"
l'architecture est l'environnement humain fondamental de création de l'espace sociétal
"
. = modifier l'architecture et vous aurez une autre façon de vivre, d'autres liaisons, rencontres...etc, en bref vous aurez construit un nouvel environnement qui crée alors une société de vies sociales améliorées, capables de favoriser les expressions personnelles.

limites ? limitation ? décroissance ???

Cornélius Castoriadis « Ce dont nous avons besoin, c’est d’un contrôle de ce désir de maîtrise, d’une auto-limitation. Nous avons besoin d’éliminer cette folie de l’expansion sans limite, nous avons besoin d’un idéal de vie frugale, d’une gestion de ...bon père de famille des ressources de la planète ».

je réponds surtout à la notion de limitation de l'expansion des désirs humains.
pourquoi parler de limite ? car certains ont la folie de s'approprier un maximum de choses, de contr... Lire la suiteôler les autres ...etc, en bref une culture de l'intolérance d'abord. On peut vivre de rien, mais d'obliger tout le monde à devenir pauvre et mendiant, non ! ... cette proposition anti- idéal, c'est une auto-censure/privation, une culture yogique, hors d'une logique personnelle et maitrisée... la fin de l'article cité est "Résister à la pollution mentale et à la colonisation de l’imaginaire, c’est combattre les forces responsables de notre toxicodépendance."=autrement dit tout élu qui aurait l'idée d'imposer un mode culturel archaïque et sans option d'ouverture=intégrisme...
" D... Lire la suiteès aujourd’hui, le bonheur est concevable sur la voie d’une émancipation de l’asservissement consumériste,"=soit empêcher le marketing de produits pourris et ponctuels..." mais il ne peut se construire que dans la lutte pour un monde plus partagé demain." = voila une bonne conclusion, idéale et continue.
Pour revenri à la limite imposée aux hommes: il n'existe qu'une solution: l'expansion spatiale: favoriser les technologie spatiale, afin que l'homme se répande dans l'univers ... 2 réponses: soit cela est empêcher par une haine vicérale et pathologique de soi (à soigner vers une conscientisation); soit on aime le genre humain, les cultures et civilisation qu'il a produite dans le temps, à coup d'erreurs et de réussites, on comprend que l'imagination n'est pas ce qui est beau, ni juste une bonne BD, mais bien une essence propre à l'être humain...
La frugalit... Lire la suiteé est possible, agréable, mais une culture de l'ermite, voire de la pauvreté est totalement régressif et autoritaire ! L'expansion "sans gestion du renouvellement des ressources", sans limite dans ce cas est ridicule; l'expansion des conditions de vie améliorées, et cela pour tous les humains est un idéal multi-culturel, propre à la possibilité du libre-arbitre et de son expression tolérée (dans la mesure d'un individu conscient et responsable de ses actes ... ). Nous savons déjà que les ressources planétaires ne sont pas suffisantes pour obtenir un niveau de vie identique à celui des "pseudo-riches" portés en exemple, ces pionniers protestants ou autres bagnards exportés sur les nouveaux continents... ;))) C'est une conscience de l'identité d'humain qui doit ressortir afin de déterminer une égalité de statut de chacun où qu'il naisse et quelque soit la culture qu'il reçoit de ses pairs.
L'être humain doit se poser en être illimit... Lire la suiteé, mais il est urgent et nécessaire qu'il sache/apprenne à se préserver... = tout autant que son environnement. Par ailleurs le nombre de ces êtres, de leur -in-compréhension du monde, de la lenteur des enseignements traditionnels comparés aux sources libérées aujourd'hui... feront qu'il n'existe qu'une solution satisfaisante: la mutualisation et le partage des connaissances dans le cadre d'un environnement fermé et restreint qu'est la Terre. celle-ci n'est pas l'homme, elle est son support vital.L'homme est par définition un acteur du monde; la passivité générale(à 80%) actuelle est aussi dûe à son instinct grégaire et à sa survie au-delà d'autrui. Qu'il retrouve une expression vraie et personnelle avant celle de mouton social. Dur ça, le système politico-industriel nous a tous transformé, hélas.

jeudi 3 septembre 2009

Une partie de la définition de la MoDiE

je réponds à cette recherche de projet et de démontrer que le MoDem n'est pas un parti comme les autres par la définition brève de la mouvance qui nous entoure et qui prend forme doucement internationalement...

Le Jeudi 3 septembre 2009, 13:13 par Laurent Puissant

Le premier piège est d'agir uniquement avec les règles des partis.
- Le Mouvement est d'abord une réunion des pensées de personnes qui ne faisaient pas de politique, rassemblées dans le MoDem, ce n'était pas pour devenir des oeufs du panier mais bien pour promouvoir des projets d'idées et d'innovations sociétales:
- donner à poser et à voir d'autres façons possibles d'agir vrai, bien plus loin qu'une simple organisation politique qui suit le courant et réagit aux actualités... L'électoralisme a gagné sa puissance et a terni toute l'image neuve et régénératrice d'un tel mouvement, on ne parle pas futur mais élection (stratégie des partis). Le MoDem aurait dû avoir vocation à se rendre parallèle, situé entre les partis et les systèmes associatifs, il devrait s'intituler comme un parti "d'activistes".


C'est pourquoi j'intitule et pour décrire ce qui se passe actuellement dans les esprits des êtres libres de pensée, ce mouvement idéal, en la MoDiE, ou DiEm Ovo (ver english):

La "Mouvance Démocrate internationale Ethique" qui n'est autre que mon interprétation d'un mouvement réel non subordonnée à une représentation ni à des élus. Cette mouvance est floue, ouverte et concerne des individus qui auraient aimé une victoire concrète des individus sur le système politico-industrielo-financier. Pensez ! 17millions de personnes qui choisissent une orientation commune, qui choisissent ! Sans se démarquer des autres français, mais en les rassemblant, il s'agit encore d'atteindre non pas la forme d'un gros parti enjôleur et espoir quasi-caricatural de quelques castes culturelles (que ce soit des angoissés ou des ouvriers ou bien des entrepreneurs ... !- le système ne permet que des choix limités et exclusifs, liant des "employés" à des "chefs"); La MoDiE souhaite casser cette tradition dépassée basée sur un système obsolète et ponctuel qu'est le féodalisme armé-politique-religieux-industrie..... sans vouloir abattre les traditions, ni les récriminer (on soigne un malade), l'exercice consiste à mettre une culture de la mutualisation, de l'usage du naturel, de l'industrie de petites séries adaptées, réponses à des besoins et non à un marketing et à une vente nécessaire à entretenir un marché et par voie une filière d'entreprises: ce qui est obsolète est condamné: cela permet aussi de ne pas sous-estimer ce qui peut être conservé de ce qui est du pur gadget hyper-ponctuel ( ce qui n'a qu'une valeur de mode); ... le fond , la structure et la forme doivent se rejoindre en adéquation, traduite dans un besoin et parfois une nécessité commune, telle que chacun puisse considérer des efforts comme vitaux dans sa société civile. Aujourd'hui ces efforts conduisent les individus à devenir un rouage du système ou à être condamné à la marginalisation. Or chacun sait combien il peut faire plus que son boulot: pour son bien-être ET si le système le permettait, pour TOUS. C'est cela La MoDiE,
poser que chaque individu est plus qu'un rouage, il est un moteur, et par analogie, un être adapté ouvert à l'apprentissage des cultures:
- donnons la chance de voir autrement, de comprendre autrui, de devenir tolérant et de voir l'avenir comme un désert à reverdir.
- Le MoDem doit dépasser sa base politique.
Vous savez combien cet ancrage est pesant:
- larguez les amarres !
Allez sur d'autres espaces sociaux: les partis NE sont PAS représentatifs ! Ils ne sont que la conséquence du choix limité et circonscrit qui est laissé aux électeurs.
La MoDiE est un coeur de cette énergie (le MoDem en fait partie, en est une représentation visible mais "bafouée" et "pervertie" en quelque sorte ( pas ses membres, le "parti" ) par un système quasi-carcéral). Heureusement, je sais combien de MoDem's ont une honnêteté fondamentale et un coeur... ;)
- Et, en cette période de transition, la MoDiE saura faire émerger indistinctement les projets que beaucoup tiennent à coeur pour une société humaine en marche.


vendredi 31 juillet 2009

Mettre en place une nouvelle société à partir d'outils sociétaux, comme l'entreprise

voir ce résolveur en ligne, à suivre publié sur le groupe FB ADN2 :
  • Comment aider à l'émergence d'une société de partages, d'expressions et d'épanouissements ?
  • Une Entreprise comme outil sociétal approuvé
  • Pour débuter une transition durable, transparente, ouverte et assainie: Substituer à la notion d'association, la notion active d'entreprise. Celle-ci a d'autant plus de crédibilité et de convergence des domaines, qu'elle est un noyau dur du système actuel.
  • Ce n'est pas de l'auto-entrepreneuriat mais une entreprise ponctuelle de réalisations de projets. Il ne s'agit pas de faire perdurer un système qui s'écroule mais bien de le substituer par un système qui valorise les capacités des individus.

mercredi 29 juillet 2009

la vie en bét ... réponse ...

Nous sommes avant tout dans un monde de droit , non de codes ... Et celui-ci malgré ses jurisprudence, continue de grossir au profit de ses propres experts... Pas les codes de programmation, ceux-là sont ouvert et modifiables, ils créent la "vie" de nos systèmes numériques (bientôt incorporés...); et sont continuellement améliorés pour faire mieux. Si l'utilisation des TiC n'est pas à la portée de tous, elle est pourtant poussée à être apprise par tous, bien malgré... (voir hadopi2 où le défaut de cryptage et l'utilisation de notre propre ligne par un "pirate" est tout bonnement sanctionné (3850€ ?) ...http://www.numerama.com/magazine/13551-Hadopi-S03E5-echanges-muscles-sur-la-negligence-caracterisee.html aussi ! aaarrf , j'imagine les shunt ...) . La vie est en beta, et toutes les organisations que nous connaissions n'ont plus la fiabilité d'antan, elles trichent, mentent, camouflent, et les erreurs, et les statistiques n'auront jamais plus les mêmes poids de vérité... le réel est en béta, parce qu'il a jusque là été assumé par une éducation nationale, rationnelle, culturelle et portée dans les buts restreints de préserver une société identitaire. Les identités, nous le savons sont multiples, non pas cachées mais adaptées à des contextes. Nous utilisons des outils "à fond" que nous n'utiliserons plus dans quelques années ! ... La société ouverte qui se dessine est infiniment plus généreuse mais encore si foisonnante et confuse que nous ne savons pas quels pas marquerons le chemin: chacun est en train d'aller dans un inconnu (non plus géographique mais sémantique, fait de liaisons au réel multiples). quant les codes autoriseront la modification des objets, quant les objets n'auront plus d'apparence qu'à travers des "haptiques", nous auront franchis le cap du virtuel pour naviguer continuellement dans un monde de transformations, transparences et originalités, nous chercherons le "subjectif similaire", nos jumeaux (?) pour se regrouper en entité (pour l'instant une entreprise) capable de réunir nos projections utopiques en réalités constructibles. Le "je" sera "nous".
Quant au Droit il deviendra à terme un traité d'instruction de systèmes-experts automatisables; tandis que le droit d'expression sera simplifié par une Ethique individuelle capable d'intégrer l'ensemble de nos inter-relations. La culture identitaire disparaîtra dans un magma nourricier pour tous... L'entité humaine retrouvera son essence et chacun donnera un sens choisi et véritable à son existence partagée. - (ver. alpha3 de l'EvoluVe) -

mardi 9 juin 2009

suite à "monologue de fou"

Bonjour,
je suis architecte et je pose des questions sur l'évolution des villes qui nous entourent. Aujourd'hui 80 % des français vivent en ville, dans le monde l'urbanisation s'affole et des villes immenses apparaissent peu à peu.
Pour exemple quelques images de Hong Kong:
http://www.voyagesvoyages.net/categorie-10159125.html
et Pékin:
http://www.voyagesvoyages.net/article-11557649.html

comment concevoir la ville de demain?
devons-nous tous vivre en ville ?
et si oui dans quel type de ville ?

pour avis

Répondre à RafaelSignaler un abus

Message n° 2
Gilles Heluin a écritle 26 octobre 2008 à 22:17
A mon avis une équation difficile à résoudre...
Limiter le grignotage des espaces agricoles et naturels pousse à développer les villes et donc les densifier.
Est-ce possible tout en conservant une qualité de vie par la protection ou augmentation des espaces verts, la réduction de la pollution atmosphérique ?

Répondre à GillesSignaler un abus

Message n° 3
Rafael Ricote a écritle 28 octobre 2008 à 23:45
Un juste équilibre est à trouver, mais il faut prendre en compte un facteur important qu'est la densification sans controle des très grandes aglomération urbaine. Des villes comme Mexico, Shangaï, Tokyo deviennent des monstres urbains difficilement gérable.
par ailleurs la rurbanisation (le mitage de la campagne par une urbanisation rempante) n'est pas non plus la bonne solution.
donc il faut faire preuve d'imagination, mais dans quelle direction ?

Répondre à RafaelSignaler un abus

Message supprimé le 30 octobre 2008 à 13:38
Message n° 5
Rafael Ricote a écritle 31 octobre 2008 à 00:11
C'est vrai qu'en allemegne ils ont développé une approche à la fois technique et sociétale pour aménager leur nouveau quartier.
On est loin des mauvais exemple, comme une certaine Chine, qui n'est pas à l'abri d'un urbanisme sans "humanité", à voir:
http://www.voyagesvoyages.net/article-11759951.html

toutefois je pense qu'il faut réflechir aussi autour d'une ville plus dense et sortir des schémas américains du tout voiture

Répondre à RafaelSignaler un abus

Message n° 6
Vous avez écritle 25 novembre 2008 à 15:11
pour info ... voir et entendre des exemples ...
http://www.youtube.com/view_play_list?p=FB102C34064103E3

Répondre à votre messageSupprimer le message

Message n° 7
Cedric Rozé a écritle 29 novembre 2008 à 16:00
Il y a aussi une donnée dont on parle bcp mais qu on n exploite jamais comme solution potentielle. On parle du nombre croissant d habitants sur la Terre et pourquoi pas de stagnation? il faudrait arriver a ce que le taux de natalité soit egal a celui de la mortalité. CAD, réduire les naissances.

Répondre à CedricSignaler un abus

Message n° 8
Rafael Ricote a écritle 4 décembre 2008 à 22:34
aujourd'hui le problème c'est que 50% des habitants de la planète vivent dans des villes, demain si on continue à ce rythme, c'est 70 voir 80 % soit 1 à 2 milliards d'habitants à acceuillir dans des villes qui sont déja au bord de l'explosion sociale, technique, économique et financière...

Répondre à RafaelSignaler un abus

Message n° 9
Philippe Rohaut a écritle 9 décembre 2008 à 22:59
Cedric Rozé a écrit
il faudrait arriver a ce que le taux de natalité soit egal a celui de la mortalité. CAD, réduire les naissances.

^____ La politique de l'enfant unique, par exemple, en Chine a été un désastre à tout point de vue....
Cependant un meilleur accès à l'éducation des femmes dans les pays "qui ne pourront plus se développer" (comme j'aime les appeler) est une des meilleures solutions à ce problème.

Bonjour architecte également
Dans notre société grandissante, notamment avec l'apparition & le développement de l'industrie pétrolière il y a maintenat + d'un demi-siècle (a l'échelle planétaire j'entends) nous avons complètement mis de côté notre esprit communautaire.
Avec le pic pétrolier & donc une raréfaction de cette ressource nous serons dorénavant amené a quitter ces villes dévoreuses d'énergie.
L'idée de communautés rurales & autonomes me paraît être une bonne alternative à nos mégalopoles actuelles.

Répondre à PhilippeSignaler un abus

Message n° 10
Alexis Maertens a écritle 15 décembre 2008 à 02:11
Et oui, il y a beaucoup a faire en milieu rural, je pense qu'une des clés du problème se trouve loin des villes! Celles ci ne pourront pas grossir a l'infini...

Répondre à AlexisSignaler un abus

Message n° 11
2 réponses
Vous avez écritle 29 décembre 2008 à 18:22
de fait, il semblerait que 12 milliards soit le chiffre final prospectif pour le nombre max d'habitants terriens. Pourquoi ?
Et bien, simplement parce que tout habitant aura prochainement vraiment accès à l'information, et à des solutions/conditions de vie mieux équilibrées.
Hélas pour le voir, il faudra attendre... que la transition actuelle ne soit pas notre tombeau...Car la résistance à l'évolution et à l'avenir choisie est très importante (traditionnel est la solution de repli des peurs et paniques).
-- la facilité de diffusion des savoirs/la conscience globale de nos actes et l'économie de partage qui est entrain de se mettre en place vont être déterminante sur la virulence de cette évolution sociétale quasi en rupture des références historiques.
Les questions de natalité ne sont plus au gout du jour, c'est aujourd'hui un choix mesuré par les conditions de facilité et de joies apportées à avoir plus ou moins d'enfants... s'en occuper, oui, mais avoir sa vie sans enfant est aussi un choix décent... Les équilibres ajustés mondialement et sans les freins tradi/religieux/autoritaire(politique) se sont deja mis en place...
Le pic du pétrole est un leurre,mais l'écroulement de l'économie basée sur l'automobile lui est véridique: c'est essentiellement les flux de transports qui vont être en premières lignes des solutions de demain: on peut voir ainsi apparaitre des micro-logements pour des nomades curieux du monde, disposant de tout l'équipement de relaxation/auditif/visuel suffisant à être en tout lieu... La ville de demain telle qu'elle est encore visionnée est celle du 5ème élément: une légende de l'ouest, faramineuse et ultra-policée: ce serait la voie des totalitarisme à la blade runner... mais ce noir est fiction, et même la city de Londres a deja réagi positivement à des solutions plus humaines et mesurée... il reste bien aussi les investissement actuel et un peu trop enthousiastes des pays du Golfe... qui risquent bien de n'avoir pondus que des coques de luxe... vides...
et nous ne quitterons pas les villes.. non ce sera la campagne qui viendra dans les centres ! Quel intérêt (ce mot existe encore ?) à s'éloigner et devoir perdre du temps en trajet ??? Car c'est le propre de nos contrats: nous avons besoin d'être homme à homme au moins une fois ..pour mieux sentir qui nous avons en face !
Le "télétravail" c'est le truc des 68 tards, révolu et inadapté, nos moyens seront plus mixés que cela... tout en sachant que des interfaces haptiques (le touché...) apparaitront assez tôt pour résoudre nos angoisses virtuelles... pour info: http://groups.to/futurarchitecture
cheers all ! and an happy next year !

Répondre à votre messageSupprimer le message

Message n° 12
1 réponse
Alexis Maertens a écritle 8 janvier 2009 à 00:57
Tu as l'air bien sûr de toi sur beaucoup de sujets et tu considères ton cas comme une généralité!
Je vais parler de ce que je connais, ayant vécu des années en ville et des années a la "campagne". Je peux te faire découvrir ce qui se passe en milieu rural et tu verras que ton cliché des 68ars est faux! On a pas besoin d'aller forcément en ville pour travailler meme si on ne fait pas de télétravail et du contact humain, je peux t'assurer qu'on en a beaucoup plus que la plupart des gens qui vivent en ville. on arrive a se debrouiller quasiment sans aucuns flics car l'anonymat n'existe pas! Personne ne dors dans la rue, le milieu associatif est extrèmement développé et la solidarité est une regle!
Des tas de maisons tombent en ruinent ou sont fermées 350 jours par an car elles appartiennent a des gens qui vivent en ville et gagnent beaucoup mieux leur vie que nous.

-"La campagne (...) quel interet ( ce mot existe encore?) (...) la campagne viendra dans les centres!"-

Non mais tu te prends pour qui? Plutot mourir que de retrouver mon ancienne vie citadine...

Répondre à AlexisSignaler un abus

Message n° 13
Alexis Maertens a écritle 8 janvier 2009 à 23:17
L'écologie, les citadins l'inventent et nous, on l'applique!

Excusez-moi, il m'a énervé l'autre!

Répondre à AlexisSignaler un abus

Message n° 14
Philippe Rohaut a écritle 22 janvier 2009 à 02:11
alors perso je suis completement contre le message de Laurent ....
faut lire & s'informer au lieu de faire du copié collé d'internet...
les livres ca permet de se donner son propre avis par exemple.
le pic du petrole un leurre ? ah bon... le petrole serait une ressource renouvelable alors?
c marrant prtant meme les ricains ont confirme qu'ils avaient atteint leur pic il y a deja 30 ans ..... pr le reste du monde c'est pareil. en 1er lieu l'arabie saoudite.
C'est vrai suis je bete, les ricains ont attaqué l'Irak pr sauver le peuple irakien ... c bien connu. lol
pas trop le tps de blablater je le ferai a mon retour ....ah oui je suis en train de manger des asperges du perou .... au perou ... j'ai le droit ? lol
++
on en reparlera Laurent si tu veux ;)
Les campagnes ds les villes ..... ok et tu les mets ou tes champs qui font des milliers d'hectares? ds des tours de 1.000 m de haut?
moi aussi il m'a enerve desole
et desole aussi mais le clavier peruvien n'est pas ma tasse de thé

Répondre à PhilippeSignaler un abus

Message n° 15
Siham Bensaid a écritle 8 avril 2009 à 13:38
MOBILISATION !!!!!
Tout le monde ce soir à 20h au MK2 Hautefeuille
Un portable usagé recyclé = une entrée gratuite au film Nous Resterons sur Terre + 1 arbre planté !!!!
http://www.mk2.com/filmscinema-4867-nousresteronssurterre.html

Répondre à SihamSignaler un abus

Message n° 16
Ingrid Guillou a écritle 16 avril 2009 à 13:40
bonjour
je contribue à l'ecologie de ma maison en étant h2o at home
pour plus de renseignement contacter moi

Répondre à IngridSignaler un abus

Message supprimé le 17 avril 2009 à 11:35
Message n° 18
Céline Bunoz (Université Montpellier III Paul Valéry) a répondu à : votre messagele 24 avril 2009 à 23:01
"et nous ne quitterons pas les villes.. (...) Quel intérêt (ce mot existe encore ?) à s'éloigner et devoir perdre du temps en trajet ???" dixit Laurent Puissant.
Ah bon, parce que les embouteillages urbains c'est pas contre-productif ??? Malgré le développement des transports en commun, tous les citadins ne renoncent pas à leur habitude : se déplacer dans leur petite auto, en solo, quitte à y passer des plombes, entre stops et feux rouges ... en ceci sous prétexte d'aller plus vite !!! Et j'ajoute que la plupart des villes sont vidées de leur substances , devenues financièrement inabordables : plus de logements, plus d'habitants mais des banques, des agences immobilières, des assurances... Et les travailleurs citadins relégués dans les cités dortoirs, et autre banlieux sans âmes, et accessibles en voiture, bien sûr !

Répondre à CélineSignaler un abus

Message n° 19
Vous avez répondu à : message de Alexisle 29 avril 2009 à 00:28
ouaip, je suis bien sûr de moi ! et sur tous les sujets possibles ! (aarf, enfin tout ce qui peut être de près ou de loin proche de l'architecture dans un monde global.Pour moi, l'architecture doit deveniri réellement sociétale. (bon ok ... elle crée déjà ce qui nous conditionne), ce que je veux dire, c'est qu'elle (l'archi... doit être au coeur de ce qui crée nos environnements de vie ! - - - pendant trop longtemps l'architecture s'est contentée d'être une formalisation des désirs de quelques uns (pas tous !) et d'abord comprise comme un objet de luxe et de pouvoir ..etc (en très très bref)... Aujourd'hui, penser en architecture c'est prendre en compte que le monde qui se prépare va nécessiter une véritable création pour les "personnes", non pour un apparat ou par ignorance... mais bien en conscience d'une "sculpture" de l'espace vital humain... quant à la notion de propriété de l'espace terrestre c'est de l'ordre de la dénonciation: parfois ignoble ... + si besoin (?)

Répondre à votre messageSupprimer le message

Message n° 20
Vous avez répondu à : votre messagele 29 avril 2009 à 12:36
et bien, pas mal, pour une fois des réponses sensées...
tout ce qui va suivre est de mettre les points sur les "i" sur des sujets sensibles... dont le système "de démocratie représentative" actuel est en grande partie responsable !
Je précise que ce que j'ai écris est dans une optique de "bientôt" et non de ce qui se vie tous les jours ... le sujte est bien "demain la ville, comment ?" ... je ne suis pas un cas général, loin de là...
ce bout de texte est un raccourci pour avoir des réactions et des "pointes" de solutions; il passe d'un cas à l'autre... mais le monde est complexe non ?
@Céline B
la contre-production fait partie intégrante du système actuelle: si pas de négatif, alors pas de base pour ordonner... (duopole excessif type UMPS ou écolo/industriels) - - ce que cela démontre est bien plus que de croire que tout le monde est égoïste: c'est une démonstration de vitalité: (en bref hein ...) ce qui fait la "bravade" absurde des automobilistes des bouts de journées est l'une des démonstrations du "je peux garder mon autonomie, ma richesse intérieure malgré ce qu'on me propose (... qui là est de l'ordre de la gestion de flux (les passagers étant d'abord des quantités à transporter avant d'être dans un mode humain et existant) ... (caricature pour idée...)
-->"les centres ! Quel intérêt (ce mot existe encore ?)": oui, confusion, je parlai de l'intérêt ... (blague douteuse...sur le profit qui est l'un des nerfs principaux de nos belles sociétés ( ironie !:))
@ Alex : en fait tu veux me convaincre que la campagne est bien là où elle est ..? oui, ok; en fait tu crois que je suis un satané urbain ? ... et bien j'ai vécu aussi les deux... les trois même, entre les lotissements, la petite maison du village perdue et les centres villes ... mon expérience vaut la tienne !
--> mon cliché n'est pas de dire "tous en ville !" ... mais de situer une probable ville adaptée: rapprocher ce qu'il reste d'agriculture vers un centre urbain qui pourra s'en nourrir en connaissance de cause (pas de l'élevage industriel (comme ce qui se produit beaucoup aujourd'hui), mais du local et "visité"/pris en charge par les citadins.
-->"Alex a écrit:""La campagne (...) quel interet ( ce mot existe encore?) (...) la campagne viendra dans les centres!"-" et bien ça c'est fort comme lecture ! !! ^^ ce mot "intérêt" est trop connoté; et ça pourri vraiment tout (ce que je conçois). Oui, ma phrase était confuse, je le lis. D'ailleurs les "???" signifient (hélas pour moi seulement ?) que cette phrase était ironique. Et en plus tu vas dans mon sens: "On a pas besoin d'aller forcément en ville pour travailler meme si on ne fait pas de télétravail et du contact humain, je peux t'assurer qu'on en a beaucoup plus que la plupart des gens qui vivent en ville." ... c'est exactement ce que j'ironisais...
l'idée générale était de bien dire que la ville de demain ne sera pas celle qui se prépare laborieusement maintenant. le besoin de contact se fait d'autant plus sentir en milieu urbain du fait d'un anonymat du nombre de personnes qui se croisent sans se re-connaitre... quand ce nombre est plus petit, on peut faire connaissance.
==> bon ça sent bon l'humeur profonde...
@Céline B, je vois que j'ai oublié de mettre les mots qui expriment mes propos, et plaf, en plein dedans ! ce que vous dites est ce qui est, pas ce qui sera. et je ne peux que constater aussi votre paragraphe. Ce que je cherche ce sont des solutions plus vivables ! Alors vous avez tous les deux exprimés votre mécontentement en complément de ce que j'écrivais... ce qui est déplaisant c'est de lire ensuite comme une sorte de "tir groupé" du genre :"il est là ! c'est lui ! .. le laissez pas s'enfuir, arrêtez le !" ... mais de quoi ? de quoi ? ... aarrf, je vais le prendre posément.
@Stephane: ... je concevrai cette maison ... un jour... j'en ai quelques unes en tête ... des immeubles d'auto-constructeurs... des maisons faites d'arbres vivants... si vous pouviez voir tout cela... ;)
@Philippe R : ah lala, et bien ça c'est causé ! en fait beaucoup de gens se lisent d'abord et pour eux-mêmes... je n'ai pas écrit "ah bon... le petrole serait une ressource renouvelable alors?" , non, effectivement le pétrole est en sursis, même moi ,je l'ai lu ... (ah les nerfs là...) : "le pic du pétrol est un leurre" , c'était au moment du pic ... du prix du pétrole !!! (zut j'ai oublié de marquer ce mot !) mais c'était dans le contexte de l'actualité du moment (faut toujours tout marquer pour plus tard , c'est vrai...): d'aillleurs il en est où hein ??? (je parlai du prix actuel) - après ce ne sont pas mes mots mais les votres ... pour ce qui est des champs en ville ; il existe oui, des solutions, et non pas forcément à la blade runner !
Bon, je dois dire que votre façon de me sauter dessus ainsi m'a sérieusement échauffé... et que tous ces malentendus doivent bien être la preuve de disfonctionnements. Lesquels sont issus de techniciens (qui appliquent ce qu'ils ont appris à la lettre sans une once de réflexion), de politiques au sabre des mandats, de culture intégratrice ... l'écologie, un vaste mot qui englobe baeucoup trop de ce que chacun voudrait y mettre... Les agriculteurs ? ... ils ont un rôle de révolte intelligente et d'autonomie, pas pour mieux gagner du fric (parce que ça devrait pas être le but de cette besogne, bien qu'ils soient hélas bien trop mal traités, ... idem des ouvriers et des femmes au foyer (en passant...))... mais bien pour pouvoir nourrir tout ce monde d'urbains obèses (oops ironie de fond)...
Je me contenterai donc de vos constats consensuels, indignés, tout en vous rappelant que je suis en accord avec l'ensemble de vos retours... même si vous ne faites que l'actualité de ce matin, alors que je souhaitais des réponses sur après-demain ... On s'est pas compris, ... vous auriez voulu des solutions instantanées ? - - - la critique du système, des "bienveillances d'apparat" ponctuelles et autres pansements, c'est avec cela que nous pourrons construire. Rester sur les faits (ou leurs perceptions parfois erronnées). & & & penser leurs évolutions, apporter des réponses originales, inédites (?). changer les points de vue ...de focale, de zoom ...

Répondre à votre messageSupprimer le message

Message n° 21
Alexis Maertens a écritle 5 mai 2009 à 21:47
Ouaip, tu dis que tu es sûr de toi sur tous les sujets mais tu es plus modéré dans ce message que dans celui qui nous a fait réagir!
Allez OK j'acquiesse, t'es un écolo intellectuel visionnaire et on est des babacools dépassés...
Si tu agis au jour le jour sur ton comportement envers l'environnement en plus d'etre sûr de ce que sera l'avenir, alors je suis un peu moins énervé contre tes paroles...
Ah oui, autre chose, je suis pas sûr que l'architecture et l'organisation des espaces suffira a nous sauver, mais bon.............

Répondre à AlexisSignaler un abus

Message n° 22
Vous avez écritle 8 mai 2009 à 15:13
Ta caricature est surement plus vraie que nature... Mon assurance est faite d'info, mais oui, je mets une certaine conviction (dernièrement trop orale qu'écrite) dans des possibles qui me paraissent aller dans le (..."mon ?") bon sens. Sur le terme baba, ouaip, là j'ai toujours ce doute sur la portée sociétale du mouvement écolo... (l'écologie est un fond commun, une base... pas vraiment un but politique...) et pourtant ça hurle à tout va pour revenir à des solutions soit disant satisfaisantes, au mépris d'une technologie qui pourrait aider à la préservation et l'entretien des espaces encore naturels... Le hic est dans le "tout techno ou tout moyen-ageux..."! Mais sans opposer tout cela et en acceptant que l'industrie dans sa forme de production massive mais optimale (en théorie) puisse résoudre des problèmes de juxtaposition/inclusion de la Nature dans notre espace humain. Mon comportement se demande si les 200m que j'ai à faire pour porter mes emballages/bouteilles dans le container vont servir à préserver et prolonger des espaces naturels (par ex: allonger le temps de pousse d'arbres, utiliser moins de pétrole ...) OU bien seulement à nourrir une entreprise (grosse du type vinci/areva/bouygues-filiales...etc) à mes frais !
--> pour l'architecture sociétale: je suis persuadé que nous pouvons vivre dans n'importe quel environnement (voir bidon-villes...), dans des grottes, sous des arbres... oui, l'homme peut se soumettre à son espace direct.
Mais il est temps de voir que le durable n'est pas seulement de conserver du matériel naturel (pétrole/herbe/aliments...) mais aussi de nous mettre à l'abri dans un environnement véritablement choisi, créatif et ouvert à l'accueil...
Les villes sont une solution au "mitage" ou au morcellement des paysages et des communications (une petite maison en plein milieu de la colline, c'est chouette, tout le monde voudrait y être ...) mais cela a constitué des surcouts en nombre de voiries/canalisations/bornages en tout genre...etc qui sont les premiers freins à un investissement collectif partagé: ainsi effectivement on peut distinguer plusiseurs points:
-- pour l'actuelle politique de relance des grands travaux... de grandes constructions sont d'abord des investissements internes: "faire tourner la boutique" du copain 'entrepreneur (grands ponts/tours...) mais après cela , on se retrouve avec des locaux fermés, inutilisés et à réhabiliter ... (et là on retombe dans la pratique précédente: fournir du travail !!! C'est tout le travers de l'industriel immobilier: vendre sans autre but que de fournir des locaux !!!
-- Mais on a aussi la densification qui permettrait donc des rapprochements, des simplifications et des flux limités... (= travaillez 10h/ dormez sur votre lieu de travail et gardez 3jours pour vous de retour dans votre campagne ???) à quand les hotels d'employés (qui en aurait marre de perdre 2h30 par jour ??? ... etc
-- la densification est-ce la ville de demain ? Les tours seront aérées, inclueront des espaces vert et des fermes hydroponiques, des batiments seront dotés d'appareils fournissant de l'électricité (éoliennes/nanomécanismes et quartz/panneaux solaires propres/accumulation des chaleurs passives...); l'espace au sol serait rendu public (un semi-privé pour plus de hauteur...), avec soit un ombrage, soit au contraire un ensoleillement maximum (dépend de votre hémisphère géographique...))
-- mettre au point une ville vivante et non des espaces d'expositions d'objets étincellants et dominants pour une ville où la circulation est aussi aérienne (je parle de passerelles, de cheminement en altitude...) le tout dans une msie en oeuvre qui soit proche de la sculpture et du paysage...
-- nous en sommes loin, la ville actuelle est encore le rendez-vous commun, et son historicité est préservé par ses "propriétaires", je mets des guillemets, parce que j'ai beaucoup de mal pour un espace central commun/collectif qui soit capturé par quelques élites et accapareurs historiques (quand ce ne sont pas des investissments banquiers purement financiers...)
-- nous devrons passer pas mal de remise en cause de pseudo-droits avant d'obtenir que cela change...
-- il reste donc la ville nouvelle, celle qui n'est pas que l'expérience économique de quelques investisseurs, mais une ville qui se construit avec ses habitants, dans un sens de partage de leur communauté, mais aussi AVEC une vision de la transformation et des accueils possibles de leur ville. Le tout est de savoir si on peut conduire un camion, une grue, couler du béton/de la terre/des fibres... snas avoir besoin d'un industriel pour cela ? qui fait le camion ? plusieurs personnes qui veulent mange/se distraire... qu'est-ce qui les empêche de travailler à ce véhicule et d'avoir un espace dans cette ville ? leur choix géographique/famlilial/perso de vie quelque part... mais pas là...
-- mais si maintenant, vous dites que votre travail vous assure un habitat où vous le voulez, ainsi que d'autres ailleurs... une équivalence ... vous direz, mais conduire un camion ne vaut pas de penser un camion; ce n'est pas le même coût ! ... (ah ..?) et si à formation ouverte et gratuite, dans le but d'assurer une connaissance aux générations futures, leur liberté de choix indépendamment du passé (sans les contraintes sociales/légales poussives et liberticides, d'abord préservation d'une néo-tradition...), leur envioe de vivre ensemble...
-- vous me direz que je rêve ... ;)
-- mais qu'il suffit d'un déclic organisé, d'un déplacement de point de vue pour comprendre que le monde tourne d'abord sur lui-même, en préservant ses "acquis culturels" sous la forme d'une société qui s'auto-propagande pour ressentir son autio-satisfaction commune... cela peut ^petre différent en adoptant un point de vue à très long terme et en prenant aussi comme vrai que chaque être humain, plus ou moins débile (ou génial) a les mêmes nécessités de vie tout en panachant les originalités et besoins parfois plus obsessionnels que pour d'autres. On peut accepter que quelqu'un aime vivre sous terre, qu'un autre voudrait être dans un arbre...
__ cela passe par une temporisation, une mise à plat des principes actuels, de leur remise en cause aussi ...
--> on pourrait savoir si de nucléariser est utile, si des ordinateurs qui peuvent tourner en 12V et autres lampes ont besoin d'être en 220V, s'il n'est pas possible d'avoir une vraie électricité mutualisée, autonome pour la ville, grâce à ses batiments ... si le montage nucléaire civil "sponsorisé" par le militaire est sain... ;)
--> on pourrait se laver aux fontaines publiques ... ??
---> alors allez-y tapez là-dessus, vos critiques sont utiles à avancer des points de vue et à "aiguiser" des arguments vers autre chose que l'espace circonscrit au légal actuel...
Utopie ... Utopie ...utopie idéale

Répondre à votre messageSupprimer le message

Message n° 23
Vous avez écritle 19 mai 2009 à 11:01
comme pour affirmer mes propos ..: http://www.worldarchitecture.org/files/doc_datas/5636_.pdf (un espace de vie ... à peine...
ainsi que pour vous distraire un peu: http://www.popsci.com/futurecity/plan.html
et le fameux http://www.thevenusproject.com/
et en rapport avec les effets négatifs de la ville: http://www.popsci.com/badcities ...le menu vous donne d'autres liens... à +
---les flux ? mais aussi l'influence de la ville sont en cours d'étude: http://www.liberation.fr/sciences/0101566741-comment-la-ville-fait-marcher-les-citadins .

Répondre à votre messageSupprimer le message

Message n° 24
Alexis Maertens a écritle 29 mai 2009 à 02:24
Ouah, ce monologue de fou! tu nous prend tellement la tete avec ta vision de l'avenir qui mélange philo et archi qu'on a meme plus envie de te lire... Pourtant, il a l'air chouette ton petit monde! A mon avis, tu peux continuer a en réver un moment parceque ca risque pas de se produire demain!
Moi, je crois qu'on devrait créer notre futur plutot que de se l'imaginer, et au fait, tu nous encourages a réagir, mais y'aurait bien trop de trucs à dire. Tu nous parle d'une "soi-disant" société écologique idéale, mais beaucoup de gens ne sont pas comme ca et ils ne le deviendront pas. Appliques ta vision a ton existence tant que possible mais arretes de nous dire comment l'humanitée s'organisera demain dans ta ville idéale...

Répondre à AlexisSignaler un abus

Message n° 25
Alexis Maertens a écritle 29 mai 2009 à 02:27
S'il te plait, Merci...

---------------
j'ai fini en envoyant un message à celine.. qui me cite dans son post ...
ja OK , compris je supprime - - -
mais comme mon nom apparait sur l'un des posts ... je laisse le bout de réponse :
à celine B: les centres urbains sont des lieux rentables, traditionnels et valorisants.

lundi 8 juin 2009

lentreprise 2 la suite ... les intellectuels interviennent enfin ...

superbe débat, rassurant sur la suite, les professionnels analysent courageusement et volontairement une évolution “malgré” les dogmes et la politique conservatrice… Ils parient sur les technologies … oui, et non, mais comme outils certainement, comme moteur économique (produits vendus/innovations … non). ce qui se dessine discrètement, c’est un certain attentisme à ce qui va se produire, à l’évènement déclencheur de la nouvelle branche de civilisation… mais comme le réppelle les intervenants, les nouveaux fonctionnements sont entrain de se définir, existent parfois mais sont peu connus: pari sur la diffusion, l’échange, vraiment des intervenants lucides et promoteurs d’une société envisagée, esquissée, à peine dévoilée et d’une compexité globale soulignée.
Par exemple j’entends qu’il advienne une démocratie individuelle Ethique, dans le sens où la représentation de chacun se fasse directement,selon ses besoins, ses idées, ses interventions sur l’espace public - individuel pour contrer le représentatif, car on remarquera que même un ouvrier de chez renault, représente aussi son entreprise … qu’un électeur se déclarant d’un parti est aussi un représentant … etc, que les connaissances apprises et partagées aident à préparer soi-même les espaces de négociations/ventes/partages d’efforts ; mais que le règne d’un système comptable et bureaucrate aux règles d’initiés, obscures pour le néophite (par les termes ajoutés mais spécifiques…) est encore à l’oeuvre quotidiennement, rassurant une majorité de personnes sur un sort social incertain: passer sa journée au travail au lieu de construire sa maison, avec ses enfants, de jardiner au potager public, de faire les tâches même ingrates quelque soit la fonction managériale… Ethique, pour savoir qu’il y a une façon consensuelle de voir les choses et de comprendre que chacun peut y participer à sa capacité.
Que l’égalitarisme à outrance est instituer l’inégalité des “têtes bien faites” et de saper le monde pour un nivellement vers le bas …
1 - suis-je hors propos ?
2 - l’entreprise de demain n’est elle pas l’outil sociétale qui peut solidariser des humains en mal d’expression ?
3 - va-t-on en finir avec les dogmes du 19° ?
4 - la hierarchie organisationnelle est-elle toujours la meilleure solution ? Et par quel système de décision le remplacer ? une collégialité libre et acceptée par “les autres acteurs ” de l’entreprise est-elle possible ?
5 - Je suppose de plus en plus un couple imbriqué valeur politique/entreprise de valeurs, qu’en pensez-vous ?
6 - les intellectuels sortent de leurs tannières, parlent doucement, et beaucoup d’écrits restent dans les rayons des “étudiants professionnels”/doctorants et autres chercheurs discrets … Est-il possible de médiatiser ces personnes pour qu’elles livrent leurs idées sur le monde que nous vivons ? -> faudrait-il les inviter à se regrouper, à mettre en valeur ces magmas dans des “institutions” qui leur donneraient acte de tester leurs idées … ! ?
7 - inventer, créer, alors quoi les créatifs sont-ils sollicités vraiment ? non !
8 - que pensez-vous de “l’argent entrepreneuriale”/monnaie libre, adaptée entre les demandeurs et proposants ?: voir : http://wiki.thetransitioner.org/index.php?title=A_propos_de_TheTransitioner.org%2FEv%C3%A9nements_futurs%2FConf%C3%A9rence_11_juin_2009_-_L%27Entrep%C3%B4t_-_Paris
9 - continuer à proner une société de service n’est-ce pas tuer toute humanité et couper encore plus tout lien entre des personnes de proximité/voisinage ?
10 - l’entreprise en court de modification est à l’écoute, oui, pour s’adapter et surtout pour produire les produits/services à vendre ; mais l’entreprise réelle de demain ne sera-t-elle pas autre, et moins basée sur le maintien d’un moteur objet à vendre mais plutot sur une entreprise ponctuelle/adaptée/ressourcée, pas forcément capable de continuer à vendre des gammes variées de produits, mais utilisées quant il y a besoin … ?
11 - le travail est un système d’exploitation pyramidale qui tend à disparaitre avec la connaissance des intervenants ou acteurs de l’entreprise; mais avez-vous peur des gens qui ne travaillerons plus dans une seule entreprise mais travaillerons dans le sens produire quelque chose/exprimer/donner ses efforts en société ?
12 - les grosses entreprises sont des modèles de démocraties internes, non ?
merci de quelques réponses, et désolé de ne pas développer et d’être un peu brut/bref/caricatural, entendez une demande de réponses simples…
pas mal pour les communautés de collaborateurs créateurs de valeurs (éthiques)…
L’entreprise de demain est vraiment un cercle humain exceptionnel …

-----------------
Col’labor’arer c’est mettre ses efforts dans la réussite d’un même objectif consensuel et de plus en plus sociétal (dans le sens de l’influence et du bien fondé de son action “collective” dans la société).
L’innovation est un moteur sociétal qui peut-être capté pas les entreprise comme un produit réduit à une marchandise. Ce concept deviendra bientôt le facteur d’adaptation à un monde que l’on voudrait plus naturel qu’artificiel. Préserver une nature chaotique est l’un de ses enjeux. L’innovation permet cela, et aussi de donner aux humains les clés de création d’un monde mi-virtuel, mi-artificiel, mais toujours acceptées et propre à se projeter dans son expression personnelle. …

ce qui me gène le plus dans les propos de la video, c’est un discours qui reste tourné sur lui-même (l’entreprise doit continuer à être une entité du système actuel = l’entreprise décrite semble être obligatoire comme mode de vie) … Or et le politique, et l’économique sont entrain de se modifier … mais vous soulignez bien l’organisation collaborative transformante …

Le fond c’est que l’entreprise est donc un outils de société capable de mutualiser les efforts d’individus afin de créer des objets/des espaces partagés et fondamentaux à l’esprit humain. Mais il faudra toujours faire attention le modèle du”tous entrepreneur” (en fait du chacun pour soi et pour sa gueule”) qui est mis en avant avec la reprise du service en “auto-entrepreneur” … NON, même si le salariat disparait, les personnes qui ont des possibilités de produire, de s’intégrer dans un process, veulent travailler ensemble en vue de créer leur propre espace de vie !

La technologie est là, oui… mais les images du monde future n’y sont pas … elles corroborent le monde actuel. La technologie est manipulée et encore intrinsèquement liée à ce qui fait le quotidien, dans un process traditionnel sociétal et culturel, même sans acceptation du vivre au travail. tant que l’information sera retenu et bloqué afin de projets internes et propres à des monopoles, les gens seront méfiants et raisonnables de savoir que des objectifs purement “égoïstes” et internes à une entreprise sont en jeu: non ceux d’une société: il faudrait que les entreprise démontre leur force à forger ce qui serait une société idéale, acceptable et ouverte. La technologie est plus lente que l’on croit, elle est parfois futile et consommatrice de temps, d’énergie, de formation (temps d’apprentissage aussi …), mais aussi donnant un résultat collectif, personnel inutile et stérile !

Oui, à l’open-source ! non aux brevets ! tant que des espaces resteront fermés, que les stratégies économiques resteront des stratégies internes et fermées, elles resteront du domaine de l’obsolète de demain. Les complexités, les nouvelles ergonomies deviendront utiles quant il y aura eut des résultats concrets d’avoir utilisés des technologies: facteur de preuves, d’utilité sociétale, d’économie (en tant que facteur durable et de ressources); et nous passeront à une économie qui sera au-delà de la gestion et des systèmes de hierarchies internes (souvent énergivores et d’abord point de repères et de rotation et de réflexion ponctuelle) …

Le manager en tant que tel, sans autre vue que son enrichissement perso. disparaitra dans un mode collaboratif durable, humain.

Le capital humain est une notion réductrice des valeurs propres aux humains, c’est une image directe, parallèle au capital financier … etc, comme une source d’énergie exploitable ! NON ! l’humain en soi est plus riche de tout ce qui peut le définir face à un système (théorique et parfois dogmatique). D’accord sur le service partagé, mutuel …etc
-> connaitre les “trucs” d’entreprise ormis leur propagande interne serait une vraie richesse qui ouvrirait à des cultures nouvelles aussi riches et enrichissantes que celles des tableaux de nos ancètres ! que les entreprises montrent ce qu’elles ont cultivé et contribué à leur vitalité.

Qu’est-ce qu’on attend pour définir un projet et tenter d’y travailler sur un monde humain et naturel (ce que vous avez au fond du coeur) … ? Où est l’utopie ? Elle n’est plus que ce qui se crée ensemble.

mardi 26 mai 2009

des députés trop bien payés ? ou le professionnalisme ou bien une politique partagée...?

C'est toute la filière professionnelle de la politique ... qui peut-être mise en cause: soit nous sommes représentés par quelques beaux parleurs qui "ressentent" nos demandes (?) soit nous passons à un modèle amélioré où chacun a une voix qui compte (non je parle pas de vote !). Je milite pour une Démocratie individuelle éthique qui aurait une influence d'abord locale (la résolution des menus problèmes à une échelle humaine). Mais qui tiendrait compte d'une vision globale et surtout des solutions satisfaisantes adoptées dans d'autres localités. Ces serait poser les sociétés comme communauté d'hommes et de femmes toutes louables tant qu'il y a acceptation de ses membres et tolérances des autres manières d'agir... ce serait parfois mettre les croyances comme des préceptes et non des lois divines. Donner la mesure d'une évolution conditionnée par la communication, l'échange des savoirs et savoirs-faire; ... organiser le monde suivant les affinités et non suivant l'intégration des hommes dans des processus mécaniques rassurant car prévisibles mais inhumains. Donner la parole à chacun pour savoir les élans, les volontés, et pouvoir les partager. La politique actuelle est discrétionnaire et tente encore de cacher ses plans d'insertion dans des politiques uniquement vouées au maintien d'une croyance économique dans laquelle le travail serait LE mode d'échange universelle: les mots ont perdus leur sens premiers, les valeurs sont débarrassées de leur éthique fondamentale, le monde tourne au gré hasardeux de ses marchands oligarches. Avoir le pouvoir de tant de décisions et ne suivre que ses pensées personnelles, ses convictions au grand damne des "électeurs", c'est toujours démontrer que le système actuel est d'abord un système de caste. Avoir le pouvoir de dire et d'être légalement en mesure de faire appliquer ses volontés... c'est un pouvoir au delà... Alors vous me direz qu'il y a aussi des gens très compétents qui ne feraient plus de politique s'ils ne retrouvaient pas un mlinimum de ce qu'ils quittent (leur salaire d'avant la politique)...!!! motiver ces personnes, par l'argent ... pauvre volonté... L'indemnité de ces députés est sans doute aussi liée au fait que cela représente leur budget d'embauche d'un éventuel secrétariat et d'autres frais encore ? ... notre démocratie est un modèle en transformation par la connaissance du monde que nous pouvons acquérir. Le mode représentatif et hierarchisé est voué à laisser place à un mode d'autonomies des inidividus et à des collèges de décisions multiples.

lundi 25 mai 2009

cette "tour" du prado à Marseille

voir l'article ... http://www.sa13.org/La-TOUR-PRADO-en-chiffre#forum383
un bon début, le point de départ : accepter la ville verticale qualifiante - AkoZ
sans m’attarder, je dirais juste que le projet a encore de quoi s’étoffer, se nourrir et passer le cap du fonctionnalisme… Il est ici une démonstration d’une possibilité programmatique, mais son image est … désastreuse ou très proche d’un "amas", à l’idée quasi-saugrenue et naïve d’un archi de province qui avait accumulé les strates, pour finir par des maisons individuelles en altitudes … une image directe que ce projet ci est proche de conclure ! La structure, oui, c’est sur la structure que vous devrez compter… pour obtenir de plus grande portée, des espaces plus généreux et éloignés des plateaux …de surfaces. La forme a aussi son enjeu et d’autant plus pour une économie de moyen et de matériaux ! C’est avant tout un premier pas "officiel" qui a le mérite d’ouvrir une page sur une architecture prochaine, utilisant cette programmation, mais surpassant et de loin l’espace gaphique actuel pour un espace véritable et volumique prochain. A vos logiciels, .. à vos idées, les surfaces sont utiles, mais en sachant qu’elles ont dans un projet comme celui-ci des fonctions mixtes, il serait opportun de penser en usage et non en type de produit… en confort et espaces plutot qu’en étriquage promotionnel ; la sculpture de l’espace social c’est le lot des architectes de demain… non pour leur gloriole mais pour la pérenité d’une société qui se re-vivifie et prend son élan pour aller plus loin dans l’évolution humaine. quant au fait qu’il n’y ait pas de parking, on peut supposer une mutualisation des transports, groupement de mini-bus, disposition de voitures municipales courte et longues distances en libre ( ?) (= aussi immeubles de voitures en périphérie…

green organic future architecture (GofA) ; un certain nombre de liens rassemblés … actuellement groupe FB pour devenir un site collaboratif et de e-learning


Et il ne se ferait qu'avec la concertation des habitants ... mais aussi des prochaines personnes désireuses d'y habiter/travailler/laisser ses enfants en garde..;etc
la forme est un peu limite accumulation de strates de surfaces... des plateaux superposés oui... mais de l'archi... peu ...
Cette "tour " est pourtant le prémisse à ce qui se construira dans très peu de temps... à une dose plus élevée formellement et socialement.
Juste comprender que le futur n'est pas contre mais avec et pour l'architecture...

Si ces architectes ne proposaient pas un tant soit peu une "nouveauté", nous resterions avec les "beaux" objets incompris des stars sexta du monde de l'archi... Les gens doivent redécouvrir ce qu'est habiter: non pas de croire que leur maison individuelle est un petit chateau à crédit;;.. mais que la société de demain est ultra-communiquante, ouverte et prompte à réagir, dans le bon sens de l'adaptation...
la tradition a du bon, mais nous nous approchons d'une période où ce monde va "tomber" dans le passé simple...
{{ L'Architecture Sociétale}}, celle qui contribue à construire nos sociétés est en démarrage... bousculée/ralentie par les phares de l'industrie verte et des bio moyenageux, elle sera mise en place tranquillement et par les avancées d'une démocratie individuelle éthique:
les réglements s'appliquent par la compréhension et une ouverture d'esprit lié à une connaissance... l'habitat d'aujourd'hui fait la richesse des banques, de quelques promoteurs, certainement pas de ses habitants !
L'habitat d'aujourd'hui = vie grace à ses habitants et à leur accueil, demain ils auront en plus le plaisir de recevoir et de montrer ce qu'ils vivent dans des espaces partagés et semi-publics.

mardi 19 mai 2009

Des actes aussi dénués de sens que ceux du gouvernenement

Le commentaire sur la FNSEA est assez explicite et rejoint le blindage syndicaliste traditionnel: une défense en seigneurie, sans prise en compte des contextes globaux, ni des transformations sociétales: les syndicats se font aussi vieux que la démocratie représentative montre enfin son jeu pervers réservé d'abord à un contrôle par les oligarches. Les gestes suicidaires de jeter à l'égout son lait... pour que son prix remonte est aussi clair que des lancés de lacrymo par les CRS: même combat. On en revient encore à cette dualité de pouvoir(type duopole UMPS...) qui ne profite qu'aux détenteurs des décisions: nos pseudo-élus ... (y compris syndicalistes) ... La nasse est aux mains d'un tout petit nombre de décideurs réels, et sans crier au complot, il est évident que les agriculteurs ne prenent plus le temps de retrouver le contact avec leurs clients finaux: qu'ils vendent à 50 centimes, en direct au conso'M, ils en tireront 30 centimes ... tandis que le conso'M lui, récupère bien près d'un euro d'économie par litre de lait, en grande surface !!!
Le globalocal a du chemin devant lui, et de retrouver le sens de la besogne agricole profiterait à tous !
Il va falloir sérieusement nous réveiller pour visiter nos "usines-abattoirs" de production pour comprendre la réalité du massacre: le profit est devenu la valeur clé du travail, le bien et la dignité n'y ont plus cours, la réalité est désormais bien plus infernale que même des gestes désespérés ne peuvent montrer son ampleur.
Nous sommes nourris de produits gonflés au vide, pour assurer un prix de vente au kilo qui dépasse tout fondement hormis celui de justifier un équilibre "hopital_camp" d'élevages et "réparations" des torts dûs aux pesticides et à la disparition d'un équilibre naturel (ex: chouette anti-rongeurs...). Nous devons nous préoccuper de ces hommes et femmes parfois de tradition, parfois de simple formation qui nous nourrissent parce qu'ils ont droit à notre grand merci, mais aussi celui de nous écouter et de ne plus suivre les "directives" au petit bonheur statistique" de technocrates gérant de flux à une échelle qui nous dépasse tous. Il faudra bien un jour retrouver ce dialogue oublié. ce qui est produit localement, doit nourrir ... localement, lorsque la production est "trop" importante, et qu'un surplus apparait, cette expédition doit compenser une autre production locale qui ne peut suffire (ex de la région parisienne)... le local c'est un périmètre de quelques heures entre traire les vaches, la mise en bouteille locale et la vente en directe, aussi proche que possible de la position géographique d'un supermarché:
Agriculteurs, boycottez les hyper !
Vous devez créer vos propres succursales de vente, et vous rendre compte d'une proximité que vous ne maitrisez plus !
--> Mutualisez, proposez et montrez votre "déchéance", les conso'M seront près à vous racheter. (les conso'M ce sont des gens dont on a dit qu'ils vivaient des produits des autres, ils nous ressemblent et sont censés créer un équilibre "offre/demande" fictif mais bien théorisé (avec quelques démanties heureusement)).
Quant aux syndicats, il est temps qu'ils ouvrent leurs plans réels pour l'avenir de ceux qu'ils représentent ! le but n'est certainement pas de maintenir des conditions du marché qui n'existeraient plus, ni moins de préserver des emplois qui ne créent que de la misère maintenue; non plus de s'acoquiner avec des patrons "soucieux" de maintenir un niveau de profit suffisant à ré-investir pour créer de nouvelles chaines de production vouées à leurs disparition... après la dernière bave de ceux qui y crèvent. L'honnêteté syndicale doit valoir celle de nos élus ...hhhuuummmm estimation à 70% pour leur propre cul !
La vie ce n'est pas de travailler pour vivre en misérable qui ne sait de quoi sera fait demain, mais bien de vivre pour créer et partager du peu de ce que chacun-E "produit" pour les autres: (je sais les mots sont parfois lourdingues...): nos misères quotidiennes nous enrichissent mutuellement, et c'est tout ce que nous pouvons pour le moment en tirer. Demain sera fait de nos pensées et avis individuels (non pas égoïstes), le tout dans une Ethique consensuelle. La transition est bien en marche, tant mieux, la phase suivante est plus pépère: une temporisation, suivie d'expérimentations et surtout d'une vraie remise en question de l'ensemble des acteurs théoriques qui forment la chaine de notre société.

vendredi 8 mai 2009

épondre aux écolo...

Ta caricature est surement plus vraie que nature... Mon assurance est faite d'info, mais oui, je mets une certaine conviction (dernièrement trop orale qu'écrite) dans des possibles qui me paraissent aller dans le (..."mon ?") bon sens. Sur le terme baba, ouaip, là j'ai toujours ce doute sur la portée sociétale du mouvement écolo... (l'écologie est un fond commun, une base... pas vraiment un but politique...) et pourtant ça hurle à tout va pour revenir à des solutions soit disant satisfaisantes, au mépris d'une technologie qui pourrait aider à la préservation et l'entretien des espaces encore naturels... Le hic est dans le "tout techno ou tout moyen-ageux..."! Mais sans opposer tout cela et en acceptant que l'industrie dans sa forme de production massive mais optimale (en théorie) puisse résoudre des problèmes de juxtaposition/inclusion de la Nature dans notre espace humain. Mon comportement se demande si les 200m que j'ai à faire pour porter mes emballages/bouteilles dans le container vont servir à préserver et prolonger des espaces naturels (par ex: allonger le temps de pousse d'arbres, utiliser moins de pétrole ...) OU bien seulement à nourrir une entreprise (grosse du type vinci/areva/bouygues-filiales...etc) à mes frais !
--> pour l'architecture sociétale: je suis persuadé que nous pouvons vivre dans n'importe quel environnement (voir bidon-villes...), dans des grottes, sous des arbres... oui, l'homme peut se soumettre à son espace direct.
Mais il est temps de voir que le durable n'est pas seulement de conserver du matériel naturel (pétrole/herbe/aliments...) mais aussi de nous mettre à l'abri dans un environnement véritablement choisi, créatif et ouvert à l'accueil...
Les villes sont une solution au "mitage" ou au morcellement des paysages et des communications (une petite maison en plein milieu de la colline, c'est chouette, tout le monde voudrait y être ...) mais cela a constitué des surcouts en nombre de voiries/canalisations/bornages en tout genre...etc qui sont les premiers freins à un investissement collectif partagé: ainsi effectivement on peut distinguer plusiseurs points:
-- pour l'actuelle politique de relance des grands travaux... de grandes constructions sont d'abord des investissements internes: "faire tourner la boutique" du copain 'entrepreneur (grands ponts/tours...) mais après cela , on se retrouve avec des locaux fermés, inutilisés et à réhabiliter ... (et là on retombe dans la pratique précédente: fournir du travail !!! C'est tout le travers de l'industriel immobilier: vendre sans autre but que de fournir des locaux !!!
-- Mais on a aussi la densification qui permettrait donc des rapprochements, des simplifications et des flux limités... (= travaillez 10h/ dormez sur votre lieu de travail et gardez 3jours pour vous de retour dans votre campagne ???) à quand les hotels d'employés (qui en aurait marre de perdre 2h30 par jour ??? ... etc
-- la densification est-ce la ville de demain ? Les tours seront aérées, inclueront des espaces vert et des fermes hydroponiques, des batiments seront dotés d'appareils fournissant de l'électricité (éoliennes/nanomécanismes et quartz/panneaux solaires propres/accumulation des chaleurs passives...); l'espace au sol serait rendu public (un semi-privé pour plus de hauteur...), avec soit un ombrage, soit au contraire un ensoleillement maximum (dépend de votre hémisphère géographique...))
-- mettre au point une ville vivante et non des espaces d'expositions d'objets étincellants et dominants pour une ville où la circulation est aussi aérienne (je parle de passerelles, de cheminement en altitude...) le tout dans une msie en oeuvre qui soit proche de la sculpture et du paysage...
-- nous en sommes loin, la ville actuelle est encore le rendez-vous commun, et son historicité est préservé par ses "propriétaires", je mets des guillemets, parce que j'ai beaucoup de mal pour un espace central commun/collectif qui soit capturé par quelques élites et accapareurs historiques (quand ce ne sont pas des investissments banquiers purement financiers...)
-- nous devrons passer pas mal de remise en cause de pseudo-droits avant d'obtenir que cela change...
-- il reste donc la ville nouvelle, celle qui n'est pas que l'expérience économique de quelques investisseurs, mais une ville qui se construit avec ses habitants, dans un sens de partage de leur communauté, mais aussi AVEC une vision de la transformation et des accueils possibles de leur ville. Le tout est de savoir si on peut conduire un camion, une grue, couler du béton/de la terre/des fibres... snas avoir besoin d'un industriel pour cela ? qui fait le camion ? plusieurs personnes qui veulent mange/se distraire... qu'est-ce qui les empêche de travailler à ce véhicule et d'avoir un espace dans cette ville ? leur choix géographique/famlilial/perso de vie quelque part... mais pas là...
-- mais si maintenant, vous dites que votre travail vous assure un habitat où vous le voulez, ainsi que d'autres ailleurs... une équivalence ... vous direz, mais conduire un camion ne vaut pas de penser un camion; ce n'est pas le même coût ! ... (ah ..?) et si à formation ouverte et gratuite, dans le but d'assurer une connaissance aux générations futures, leur liberté de choix indépendamment du passé (sans les contraintes sociales/légales poussives et liberticides, d'abord préservation d'une néo-tradition...), leur envioe de vivre ensemble...
-- vous me direz que je rêve ... ;)
-- mais qu'il suffit d'un déclic organisé, d'un déplacement de point de vue pour comprendre que le monde tourne d'abord sur lui-même, en préservant ses "acquis culturels" sous la forme d'une société qui s'auto-propagande pour ressentir son autio-satisfaction commune... cela peut ^petre différent en adoptant un point de vue à très long terme et en prenant aussi comme vrai que chaque être humain, plus ou moins débile (ou génial) a les mêmes nécessités de vie tout en panachant les originalités et besoins parfois plus obsessionnels que pour d'autres. On peut accepter que quelqu'un aime vivre sous terre, qu'un autre voudrait être dans un arbre...
__ cela passe par une temporisation, une mise à plat des principes actuels, de leur remise en cause aussi ...
--> on pourrait savoir si de nucléariser est utile, si des ordinateurs qui peuvent tourner en 12V et autres lampes ont besoin d'être en 220V, s'il n'est pas possible d'avoir une vraie électricité mutualisée, autonome pour la ville, grâce à ses batiments ... si le montage nucléaire civil "sponsorisé" par le militaire est sain... ;)
--> on pourrait se laver aux fontaines publiques ... ??
---> alors allez-y tapez là-dessus, vos critiques sont utiles à avancer des points de vue et à "aiguiser" des arguments vers autre chose que l'espace circonscrit au légal actuel...
-- j'ajouterai que je cultive le désespoir comme l'une des consistance de la vie ... et que la seule chose que je ne sache pas, c'est comment faire librement ce que je veux avec la participation ( et l'assentiment) des autres ...

jeudi 30 avril 2009

le temps, la vie , les choix éthiques

oui, c'est la question du bon ou du mauvais choix ... parmis une quantité restreintes à un moment donné: il reste que le good/bad vient ponctuer le final, alors que l'ensemble était choisi comme bon ... de fait il n'ay aurait que des bons choix puisque ce sont ceux qui sont devenus des faits ou des objets ou des actions concrêtes... qui influencent vraiment. L'idée du mal arrive lorsque l'éthique a été mise de côté et que le choix a été fait en dapit de tous mais pour un profit égoïste... conclusion: faites vos choix en fonction de leurs portées "positives" sur les autres et l'environnement !
--> la notion de temps nous permet de mettre un jugement négatif, mais en soi rien n'a de mauvaises intentions...

jeudi 23 avril 2009

les verts que font-ils, un jeune député en quête...

Très encourageants ces reportages qui semblent donner l'écho de l'hémicycle. Le jeu des députés seraient de railler et d'ironiser suffisament pour être valorisés ?
Le schproum vient du rapport antinomique des verts à l'économie: une économie verte dites-vous ?
Mais vous allez exactement dans le sens de ce qui est entrain de se produire: Total investie dans les énergie renouvelables... Toutes les entreprises pétrolières qui en ont la puissance ont investi dans les moyens de bloquer ces énergies ... Pourtant au delà de cette économie fantoche: celle qui fait rêver à des profits par la vente de panneaux solaires (non garantis recyclables !); il faudra bien que les verts recherchent dans leurs actions les sources fondamentales: et en premier lieu de créer les conditions favorables à un mieux vivre !

Il ne suffit pas de croire à des produits verts et dignes d'être recyclés pour dire que l'écologie est le mode obligatoire.
Vous semblez oublier que l'homme est devenu et de loin, l'animal le moins naturel qui soit... et cela un peu grâce à votre travail de sauvegarde de la nature ... avant celui des sociétés des hommes...
Sauvez les hommes et la nature reprendra sa valeur... Nos sociétés a-démocratiques (oops, je veux dire de démocratie représentative (quant les représentants ne se sont pas attribués le poste !)) ne trouvent rien de mieux que de faire pousser les champs de l'économie avant ceux de nos aliments !

Créez les conditions du bien vivre, et vous irez dans le sens d'une condition humaine bien plus ouverte et "responsable et durable", que celles qui sont entrain d'être mises en place, en faux et en contre-feux.

-->Pensez le fond avant la forme, ne suivez pas les pseudo-réformes passéistes, visant à rétablir un équilibre traditionnel (oligarchies et polices...). Il vous reste à prendre du recul, à ré-écrire votre rapport dans une vision élargie, non pas non plus théorique et "green-peacienne", mais bien en encourageant et soutenant les demandes de libertés individuelles et d'initiatives collectives... qui hélas, ne se font pas faute de contextes légaux et de temps attribué.
Reprenez jusqu'au bout et sortez des conflits de la cour. Vous êtes l'un des premiers à oser un dialogue aussi proche d'une vérité que tout le monde saisi, sans savoir par quel moyen en changer dignement...
____________---------Le peuple n'existe pas !-----------___________
Nous sommes des individus dont l'éducation a été baigné dans une culture de l'autorité et de la hierarchisation des nécessités (lesquelles ne sont pas de l'ordre humain mais systémique).. Beaucoup de personnes doivent encore apprendre et prendre conscience de la platitude des réformes actuelles. Vous avez le sens technique, dépouillez-vous de votre habit de banquier ! Le maintien d'un tel système n'est dû qu'à la difficulté d'accéder à une vie sociale sans l'asservissement à la dureté du système quasi-mécanique: les résultats sont la dissolution d'une essence d'humanité fraternelle et coopérative: "le chacun pour soi" est devenu la seule réponse objective à la survie culturelle.
Au dépends des caractéristiques créatives et originales de chacun.
Votre boulot est monstrueusement énorme !
L'accueil pluraliste du MoDem fera sans doute partie des premières modifications fondamentales à l'évolution de nos sociétés co-européennes.
Passé le cap d'une nature mécanisée et dirigée, mûrissez les conditions "chaotiques" de l'élevage et de l'agriculture localisée...
Les verts retrouveront le sens de leurs convictions: la protection de la nature ... et de l'Humanité !

samedi 11 avril 2009

Défi ? ce groupe peut-il former une seule entreprise collaborative ..?

Et comment ?
Le principe est simple, chacun ayant une compétence talentueuse/naturelle , vers quel rapport pouvons-nous nous fédérer ?
Mettons que ecrtains veuillent être dans la prise de décision (mais là je crois que chacun à toute éhcelle/niveau/étape du projet doit pouvoir donner unavis certain et efficace à la bonne continuité et viabilité... oui je parle de projet, car un produit aujourd'hui ne peut plus être un objet indistinct et posé dans un rayon... notre somme de connaissance/propagande officielle aussi, nous y intime d'y ajouter quelques paramètres tels que durable ou vert ou écolo , ou humain , ou fabriqué par des adultes / éthique ? ...etc ...
donc un objet pouvant être élaboré dans une chaine de production... laquelle ? quel produit/service/ ?
--peut-on prouver à travers ce groupe (et j'userai alors de systèmes collaboratif rapprochés pour mieux gérer cela si besoin, même certains sauront le faire ...) prouver donc, qu'un "essaim civil" (groupe spontané formé afin d'un objectif commun délibéré et sensible) puisse se créer à partir d'inconnu qui s'estiment... (si ... en toute confiance, je suis sûr que chacun-E a ici des talents que j'ignore même et qui pourtant me permettrai de venir à bout de la fabrication d'un produit sociétal (qu'est-ce ?: un objet ou un service ou un logiciel, enfin un artifice, un quelque chose qui soit distribuable et capable de créer du sens et du lien en même temps: un objet utilitaire parfois, un vélo ? un exo-squelette ? enfin un objet d'humain allant plus loin que le gadget temporaire...
Comment aborder le mieux notre rapprochement-test ? est-ce même possible et comment le voyez-vous ?
etes-vous capable de garder mes enfants pendant que je vous dessine un immeuble de communauté nomade ? De faire la corvée des poubelles de la rue pendant que votre appart/votre linge est nettoyé ? de venir ratisser un bout du jardin collectif alors que certains réparent la voiture ? oui... mais lorsqu'il s'agit maintenant de remplacer un produit deja existant, tel, des pneus usés... comment faisons-nous ? Il faut que le cercle soit très grand pour que nous ayons des personnes qui sachent produire et possèdent les droits d'utilisation de machines à produire des pneus ... fait de quoi d'ailleurs ?
Mutualiser, vous l'aurez compris, plus nous serions nombreux et plus cela deviendrait simple dans le sens où les espaces manquant se combleraient... aah attention voila Wagner et ses walkyries... ! si ... je commence donc la manoeuvre active: 1 - nous devons choisir un objectif
2 - à près de 120 personnes que sommes-nous capables de faire.. si maintenant, pas dans le vide ... ?
3 - faut-il éplucher nos desiderata, les passer à la moulinette, voir de quelles compétences nous disposons (?) ou plutot, que nous pouvons donner aux autres ... ?
4 - quel objet serait reproduit 120 fois ? ou un service tournant ? ou en contrepartie certains y renonceraient ? et dont la chaine de production nous soit à tous accessible ?
5 - qui a un local, ou des bureaux vacants pour une intervention d'une 10aine de personnes chaque jour... ?
6 - la mise en place d'un outil internet/réseau informatique interne serait nécessaire.
7 - comment devenir un épi-centre de participaliSME expérimental ?
8 - car si le phénomène est possible alors il sera repris et remodelé/ré-essayé par bien d'autres
9 - qui peut donner un début de réponse ? un accord ? ... ?
bien à vous tous-tes, cheers all days !
AkoZ

tag mutualisation

Un TAG pour identifier LE Facteur clé de succès d'une entreprise 2.0 ???
Répondre au sujet
Affichage des 3 messages de 2 personnes.
Message n° 1
Duringer René a écritIl y a 17 heures
Si vous deviez résumer avec un seul mot, le principal facteur clé de réussite d'une entreprise 2.0, cela serait lequel ?
Réussir une entreprise 2.0 ou un projet 2.0 nécessite certains ingrédients. Cela peut être une certaine culture, certains usages des technologies, un certain management, un environnement spécifique, des talents différents, etc On peut lister mille ingrédients, un peu comme pour réussir, mais quel est celui qui vous semble le plus important ? Bien sûr vous pouvez mettre plus qu'un mot, s'il y a des critères de valeur équivalente. C'est juste pour penser en mode TAG !!! Want to play ???

Répondre à DuringerSignaler un abus

Message n° 2
Vous avez écritIl y a 30 minutes
éthique, humain, mutualisation, partage, don, open, libre, free, expression, sentiment, sensible, vie, vernaculaire industriel, grid, ...
mais dans tout cela... les ingrédients d'uen start'up y font pâle figure ... what's the difficulty ? : known exploiting system=capitalismo-profitabiliste-hypocrito-gadgeto-oligarcho-petroleum heritier-property-brevets ...et bien d'autres rouages néfastes à retirer des circuits de cette nouvelle façon de produire nos biens ...
Qu'est-ce qu'une entreprise ? : la mise en oeuvre d'un bien commun utile, agréable, sensuel, vivant sociétalement, contribuant à une construction globale attentive et tolérante et acceptable et ...etc ...et bien ?

Répondre à votre messageSupprimer le message

Message n° 3
Vous avez écritIl y a 25 minutes
qu'est-ce ? le succès ? ... cela est mon cher Duringer R, le fruit d'un spectacle auquel peu de monde accepte de payer de son propre sang, tout en étant soumis à une ponction lymphatique ... !
Les entreprises 2.0 ont à peine commencé leur trajet... ce sont quelques outils web qui améliorés reprennent des outils de collaboration en partie d'ailleurs...
est-ce que cette entreprise 2.0 est bien celle qui va dire non au fait que les Roumains n'auraient plus le droit de traire leur vache à la main grâce çà des directives pseudo-sanitaire de l'empire européen ?
Le TAG le plus important est semble-t-il celui qui met à l'épreuve chacun avec chaucun: la MUTUALISATION... ça y est les walkyries s'en vont ..